Un poète lyrique

"Mais Korriscosso ne peut écrire ses élégies que dans sa langue maternelle… Et Fanny ne comprend pas le grec… Et Korriscosso n’est un grand homme – qu’en grec !"

Je préfère le tchèque

Kafka éprouvait quelques difficultés avec la langue tchèque dès lors qu'il lui fallait "dépasser l'usage courant". Cela ne l'empêche pas d'écrire à Milena, en mai 1920 : "Je n'ai jamais vécu chez les Allemands ; l'allemand est ma langue maternelle, il m'est donc naturel, mais j'aime bien mieux le tchèque."

Pages

Subscribe to Lecture critique RSS