Littérature

Le laboureur mythique

Cette vie était celle que Saturne menait sur la terre au temps de l'âge d'or.

Le "bonheur" des paysans

O trop heureux les cultivateurs, s'ils connaissaient leur bonheur !

La guerre

Les faux recourbées sont fondues pour devenir épées rigides.

Cultes

Selon tes moyens, offre des sacrifices aux dieux immortels, les mains pures et sans tache, et brûle-leur des cuisses luisantes.

Le travail

Il n'y a pas d'opprobre à travailler : l'opprobre est de ne rien faire. Si tu travailles, celui qui ne fait rien bientôt enviera ta richesse : richesse toujours est suivie de mérite et de gloire.

Le bel été

Quand fleurit le chardon et quand la cigale bruyante, perchée sur un arbre, répand, au battement pressé de ses ailes, sa sonore chanson, dans les jours pesants de l'été, alors les chèvres sont plus grasses, le vin meilleur, les femmes plus ardentes et les hommes plus mous.

Justice et démesure

Ceux qui n'ont à cœur que la funeste démesure et les œuvres méchantes sont réservés à la justice du Cronide, Zeus au vaste regard. Sur eux, du haut du ciel, le Cronide fait tomber une immense calamité, peste et famine à la fois.

Le montage

Dans Histoire(s) du cinéma, Jean-Luc Godard superpose deux images : une photographie en couleur de Marilyn Monroe, regardant l'objectif, et un plan des Oiseaux de Hitchcock, où l'on voit des corbeaux s'envoler.

Conclusion

"Elle ne sait pas le mal qu'on lui veut."

Emily L.

"Qu'on voye, en ce que j'emprunte, si j'ay sçeu choisir de quoy rehausser mon propos."

Tua res agitur

"Eux, nous les avions vus au bar de la Marine comme nous avions vu les clients de la salle, de même que la patronne et cette jeune femme près d'elle, cela pendant un assez long moment – ils étaient déjà là quand nous étions entrés dans la café, il n'y avait pas de raison et puis brusquement nous avons dû les voir. Nous avions dû les regarder sans les voir et puis brusquement les voir."

Una voce umana

"Certaines fois, quand nous parlons ensemble, c'est aussi difficile que de mourir."

L'écriture

"Les petites îles jetées par poignées dans the Pacific… C'est ça, the Pacific, c'est un océan plein de volcans et de requins… voilà ce que c'est, le Pacifique…"

Le vingtième poème

Le passage suivant est à lire en fonction de la connaissance que l'on a du poème d'Emily Dickinson et de la façon dont Marguerite Duras se l'est approprié dans Emily L. C'est un indice et une sorte d'explication finale.

There's a certain Slant of light

"C'était un poème sur la lumière qu'il y a certaines fois, certains après-midi pendant les hivers très froids, très sombres."

Pages

Subscribe to RSS - Littérature