Amy Foster

Dans cette nouvelle de Joseph Conrad, le narrateur relate la vie d'un naufragé réfugié en Angleterre qui ne peut plus communiquer dans sa langue maternelle. Il parle un anglais approximatif.

English is the language of the school

Kafka préférait le tchèque, il choisit pourtant d'écrire en allemand. Joseph Conrad, son contemporain, opte pour l'anglais, la langue de son pays d'adoption. Il aurait pu choisir le polonais, l'allemand ou le français. À la fin de sa vie, Edward Said s'interroge une dernière fois sur les conséquences de ce choix, qui le renvoie à son propre parcours.

La même chose… ou presque

Les apôtres furent tous remplis d’Esprit Saint et ils se mirent à parler d’autres langues, comme l’Esprit leur donnait de s’exprimer. […] chacun les entendait parler sa propre langue. Déconcertés, émerveillés, ils disaient : "Tous ces gens qui parlent ne sont-ils pas des Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans sa langue maternelle ?"

Un investissement

"L’instruction apporte son lot quotidien de joies et de peines aux enfants et aux parents, mais il s’agit avant tout d’un investissement, écrit Esther Duflo : un enfant plus instruit gagnera plus et mènera (en principe) une vie plus accomplie."

Je ne le pouvois avoir meslé ny alteré

"J'escris mon livre à peu d'hommes, et à peu d'années. Si ç'eust esté une matiere de durée, il l'eust fallu commettre à un langage plus ferme. Selon la variation continuelle, qui a suivy le nostre jusques à cette heure, qui peut esperer que sa forme presente soit en usage, d'icy à cinquante ans ?"

Le mythe du parfait bilingue

"Arabic, my native language, and English, my school language, were inextricably mixed: I have never known which was my first language, and have felt fully at home in neither, al-though I dream in both."

Un poète lyrique

"Mais Korriscosso ne peut écrire ses élégies que dans sa langue maternelle… Et Fanny ne comprend pas le grec… Et Korriscosso n’est un grand homme – qu’en grec !"

Je préfère le tchèque

Kafka éprouvait quelques difficultés avec la langue tchèque dès lors qu'il lui fallait "dépasser l'usage courant". Cela ne l'empêche pas d'écrire à Milena, en mai 1920 : "Je n'ai jamais vécu chez les Allemands ; l'allemand est ma langue maternelle, il m'est donc naturel, mais j'aime bien mieux le tchèque."

Pages

Subscribe to Lecture critique RSS